Accueil
Le Livre
Commander

Recits Berichte / Photos
Tour du monde
Blog post voyage

Parcours / Projet
Budget / Matériel

Livre d'or
Contact
Karakorum

Après 6 jours d’attente, j’obtiens sans soucis le visa Chinois et reprends la route pour le nord. Il me faut passer un premier massif, les bords de route sont envahit par la Marie Juana et j’ai la joie de rouler dans une grande foret, une vraie foret avec de beaux arbres, cela faisait tellement longtemps... Au fur et à mesure que l’on monte, les espèces quasi tropicales sont remplacées par d’immenses pins, couvrants les flancs vertigineux des montagneux. La route est invariablement très raide, à la montée comme à la descente. Je ne compte plus les rampes dépassant les 20% et il me faut fréquemment m’arrêter à la descente pour faire refroidir les jantes, brulantes.

Ce premier massif avalé, je me dirige vers l’Indus, la mousson a commencé et je me fais rincer au milieu des rizières. Je retrouve l’Indus, laissé quelques centaines de km plus au sud. C’est déjà un fleuve très puissant, dévalant les gorges avec ces flots boueux et tourmentes.

Ce retour le long de l’Indus marque le début du Kohistan, une région qui a très mauvaise presse auprès des cyclovoyageurs, car les gamins ont la sale manie de les caillasser avec violence. J’ai longtemps tergiversé mais je me décide finalement pour faire ces 200km en bus. Assez frustrant car la route, taillée dans les flancs des montagnes, est spectaculaire. Mais lorsqu’un militaire montera avec un fusil d’assaut dans le bus pour traverser une zone tribale où lorsque j’apprendrais qu’un cyclo a été tué par une pierre l’an dernier, je ne nourrirais plus aucun regret. Plus on monte et plus la mousson a du mal a pénétrer dans cette forteresse de pics et le paysage passe lentement d’une verdure éclatante a un désert d’altitude, ou seul l’Indus vient mettre un peu de mouvement dans cette rocaille.

Le Kohistan passe, je continue tranquillement ma remontée puis je laisse le vélo pour 2 jours afin d’aller au pied au camp de base du Nangat Parbat. Si j’ai déjà vu pas mal de belles montagnes dans les Alpes ou des les Andes, je dois bien avouer qu’on change d’échelle avec l’Himalaya : du coté nord, le Nanga Parbat se présente comme une face glacière de plusieurs km de large et de plus de 4000m de haut. Les barres de séracs dépassent allégrement les 100m de haut et les flutes de glaces sont d’une pureté indéfinissables, jamais je n’avais contemplé un tel gigantisme. Le plus étonnant c’est que l’on se promène sur un bon chemin, au milieu des prairies et des bois avant d’atteindre le camp de base, une gentille promenade au pied de ce monstre de glace.

Une dernière étape m’amène à Gilgit, ce sont mes derniers kilomètres en solitaire car les suivants se feront en compagnie de Toni. A Gilgit il me faut faire des pieds et des mains pour que Toni obtienne son visa. Le consulat pakistanais de Frankfort exige en effet une lettre d’un hôtel confirmant que Toni a réservé une chambre d’hôtel pour son arrivée au Pakistan. J’en envoie une première, qui est refusée car elle ne comporte pas de tampon. Le tampon trouvé, tous les faxs de la ville tombent en berne, impossible d’envoyer un fax en Allemagne. Je trouverai finalement un scanner pour l’envoyer par mail. Beaucoup de foin mais, ouf, Toni devrait avoir son visa Lundi.

Il me reste donc quelques jours avant que Romain ne débarque à son tour à Gilgit (pas de soucis il a son visa) et nous nous lancerons dans la longue traversée des glaciers de Biafo et d’Hispar. 10 a 15 jours de marche glacière selon la météo dans une région réputée pour son incommensurable magnificence, a n’en point douter l’un des moments forts de ce grand voyage autour du monde.



Vos commentaires :
09/07/2007 : Anna & Christian
Nous restons sans voix ..., et allons télécharger les photos. Bonne continuation. Que notre bonjour de 200 m d'altitude monte jusqu' à vous. Bzzz
10/07/2007 : Matt
Bravo pour tout ce que tu fais! Bon courage pour la suite.
PS: Le mariage s'est très bien passé. Je serais tonton en janvier...
Un petit commentaire ? Lâchez vous !
Pseudo * :

Mail :

Commentaire * :
Quelle est la troisième lettre de l'alphabet? Was ist der dritte Buchstabe des Alphabets? Cual es la tercera letra del alfabeto? What is the third letter of the alphabet?
Réponse [anti spam] :